and the winners are....

Ce concours est "un observatoire des formes émergentes et non un lieu de consécration des formes établies" (1). Depuis 1986, il contribue à l'émergence de nouvelles signatures sonores. A chaque édition, un jury différent se réunit pour départager ces explorateurs, qui (à la radio ou en dehors des ondes) font avancer le son comme art et média. Toutes les démarches créatives sont attendues, écoutées, pesées et évaluées : documentaires radiophoniques, fictions, paysages capturés ou créés de toute pièce, et dispositifs combinant images et sons.

(1) Daniel Deshays

palmarès 2016
-----------------------------------------------------------------------------------------

Nous avons avons eu le plaisir de recevoir 199 oeuvres, venant de 17 pays.
 Voici la liste des auteurs primés.


We received 199 submissions, from 17 countries. This is the list Prizes.


Prix Field Recording / Paysage sonore doté de 2000€ par le Musée de la Chasse et de la Nature
Pas de prix, mais trois mentions spéciales, (soulignant la variété des approches que peut englober ce genre) à :
Patrick Avakian, pour « Ecoute la Montagne », autoproduction (France)
Yannick Lemesle, pour « Entomophonie Syntonale », autoproduction (France)
Gabi Schaffner pour « Hidden Places », production Deutschlandradio Kultur (Allemagne)

Prix Archives de la parole doté de 1000€ par la Bibliothèque Nationale de France
– est décerné à Aurélia Balboni pour « Les Mots de ma mère », production ACSR & Cinétroupe (Belgique).  
– une mention spéciale est attribuée à
Soundwalk Collective pour « What we have behind : Jean-Luc Godard Archives », une production de Deutschlandradio kultur, Wild Bunch et Soundwalk.  »


Prix Fiction Francophone doté de 2000€ par la SACD
– est décerné ex-aequo à
Sébastien Dicenaire pour « Pamela », production ACSR (Belgique)
Daniel Martin-Borret pour « Total Vrac », autoproduction (France)


Prix Art Radiophonique doté de 2000€ par la SACEM
– deux lauréats ex-aequo
Hanna Hartman pour « Törst », production Deutschlandradio kultur (Allemagne).
et Mark Vernon et Jenn Mattinson pour « Circular thinking », autoproduction (Royaume-Uni)


Prix Découvertes Pierre Schaeffer doté de 1000€ par Phonurgia Nova, avec le parrainage de Radio Campus France
est décerné à Clara Alloing pour « Nous sommes trop jeunes, nous ne pouvons pas attendre », production Flim ! (Belgique)


Une mention spéciale est attribuée à Cécile Debove pour « Passagère », autoproduction (France).


Résidences / Bourses Phonurgia Nova 2016
Résidence GMVL à Lyon :
Laurence Cuny (Baranquilla 1930)
Résidence GRM de l’INA (Paris) :
Sébastien Roux et Alessandro Bosetti (Vita Nova, opéra radiophonique d’après Dante)
Résidence Euphonia à Marseille :
Péroline Barbet (Carnavas)
Michaël Filler (Les chasseurs de train)
Résidence Field Recording / Musée de la Camargue (+1000€) :
Hanan Benammar (Animal Sound Lab)
Résidence Field Recording / Musée de la Chasse et de la Nature (+1000€) :
Péroline Barbet (Bestiaire sonore)
Bourse pour la catégorie Pierre Schaeffer Découverte : un stage Phonurgia Nova à Arles pour Jennifer Cousin (Mode Majeur de la Fugue)
Résidence de création SACD : 1000€
Emmanuelle Gibello (Je t’accompagne)

 

 

 

palmarès 2015
-----------------------------------------------------------------------------------------


L'évidence d'une oeuvre forte l'emporte toujours. Preuve en est encore faite en 2015. Ce que démontre aussi ce Palmarès : la création n'est pas une affaire de moyens, mais bien d'engagement personnel dans l'écriture et de vision d'auteur.

La lauréate 2015 est Amandine Casadamont (France) pour un documentaire de création intitulé "Zone de silence" produit par France Culture. C'est une oeuvre qui met en jeu les notions de seuil d'audibilité et de silence. Elle est en écoute sur le site de France Culture

Le Prix "découvertes" Pierre Schaeffer va à Félix Blume, jeune preneur de son pour le cinéma et créateur radiophonique de moins de 30 ans, pour sa pièce "Los Gritos de Mexico" en écoute sur notre page soundcloud (phonurgia nova) et sur le site www.sonosphere.org

 

palmarès 2013
-----------------------------------------------------------------------------------------


La lauréate 2013 est Floy Krouchi (France) pour un hörspiel intitulé "Couvre-feux 56" produit par France Culture. C'est une oeuvre qui met en jeu toutes les ressources expressives du sonore. Elle est en écoute sur www.sonosphere.org

6 autres auteurs ont été remarqués pour la qualité de leurs réalisations : Irvic D'Olivier (pour Birdless), Johannes S. Sistermanns (pour Ausculta), Magali Schuermans (pour Katia), Stefano Giannotti (pour Amor mio, love song, und anderer kram), Julie Berthier (pour On ne va pas épiloguer), Rodolphe Alexis (pour Dry, Wet, Evergreen)

L'UER/EBU a par ailleurs retenu Birdless, Ausculta et Couvre-Feux 56 pour une diffusion internationale. Radio Campus Paris a effectué un choix plus vaste encore parmi les oeuvres en compétition pour une diffusion dans toute la France, dans le cadre de La Semaine du son.

 

palmarès 2012
-------------------------------------------------------------------------------------------


Le lauréat du Prix 2012 est l'artiste sonore Alessandro Bosetti (Italie) pour sa performance radiophonique 636 produite par André Defossez pour la RTBF/musiq'3, à l'occasion du Art's Birthday Party, du 17 janvier 2010.

Mais le jury a tenu à souligner l'intérêt des productions de trois autres finalistes. Il s'agit de Franco Ross Adams (avec Nord Rute), de Richard Kalisz (avec Une dernière mise en ondes : la mort probablement) et de Sebastien Roux (avec Nouvelle d'après Gustave Flaubert).

L'UER/EBU a choisi de retenir pour une diffusion Européenne, outre les deux lauréats susnommés :
Philippe Debarge avec C@m.arg (autoproduction)
Frieder Butzmann avec Burtts Family Combo (Deutschlandradio kultur)
Sébastien Roux avec Nouvelle (WDR et La Muse en circuit)

Les lauréats seront les invités de phonurgia nova à l'IRCAM pendant la Semaine du son, le 18 janvier à 17h30 pour une séance d'écoute et de discussion autour de leurs oeuvres.
Le jury a par ailleurs décerné 3 résidences en studio à trois auteurs de projets :
Laetitia Mikles sera reçue en 2013 au studio Euphonia de Marseille pour y réaliser Les Mains d'Helen. Julia Drouhin sera accueillie au GRM de l'INA pour y développer son projet Ghost Track, la chasse aux fantômes. Nicolas Perret et Silvia Ploner seront accueillis au GMVL à Lyon où ils seront accompagnés techniquement et artistiquement dans leur réalisation de Nyey.
Un Palmarès commenté dans Libération, Syntone, Télérama et L'Humanité.

Oeuvres en écoute sur www.sonosphere.org

 

palmarès 2011
-------------------------------------------------------------------------------------------

     Le jury a couronné les auteurs suivants (en écoute sur LIBE-LABO partenaire du Festival depuis 3 ans, sur RADIO CAMPUS FRANCE et sur TELERAMA.FR)

    Prix Phonurgia Nova 2011
    Felix Kubin, pour "Säugling, Duschkopf, Damenschritte - eine polymorphe Klangbibliothek" ("Nourrisson, paume de douche, pas féminins - une bibliothèque sonore polymorphe") une autoproduction diffusée par Deutschlandradio Kultur, Allemagne, 47'.
    C’est à la fin des années 50 que sont apparus les premiers enregistrements de bruitages et d’ambiances pour la sonorisation de films domestiques. Ils étaient conçus pour les cinéastes amateurs qui voulaient ainsi ajouter " de la vie réelle " à leurs court-métrages ou diaporamas. Avec cette pièce, le compositeur Felix Kubin déconstruit avec humour cette bibliothèque sonore idéale, en montrant que le son échappe toujours au signe qui prétend le résumer. Une oeuvre "Kagelienne" selon le président du jury, Daniel Deshays, qui en a souligné la dimension ludique et critique. Elle met par terre l'idéologie du bruitage qui sévit encore à la télévision et au cinéma. Les auditeurs sont confrontés à des sons correctement ou incorrectement étiquetés et à une complexité sonore croissante. Que se passe-t-il quand l’identification commence à vaciller?
    Né en 1969 à Hambourg, Felix Kubin est un musicien expérimental. Il compose pour le cinéma et la radio et donne des performances dans toute l’Europe. Il s’intéresse aux effets des bruits. Il dirige le label de disque "Gagarin Records".

    Par ailleurs le groupe Ars Acustica de l'Union Européenne de radio-télévision, représenté par Marcus Gammel, a retenu deux autres oeuvres, en plus de la pièce lauréate de Félix Kubin, pour une diffusion internationale :

    Canopy Beat (ACSR, Belgique, 28’) de Els Viaene.
    Si la musique des sphères était terrestre, peut-être pourrait-on la trouver dans ce morceau d’Amazonie. Captée, absorbée, surprise, la forêt primaire révèle son propre battement. Pas à pas l’humain la pénètre, hanté par cette pulsation, à sa merci.
    Née à Bruxelles en 1979, Viaene Els a débuté dans le documentaire à la RTBF. D’un traitement réaliste du son, elle a évolué vers des environnements plus abstraits, utilisant la musicalité et le rythme naturel des sons ambiants et électroniques qu’elle anime selon le principe du collage. Elle travaille pour des performances mais aussi des jeux Internet et des installations. Elle créée des environnements imaginaires naturalistes et organiques www.aurallandscape.net

    It’s all so dark (ORF Kunstradio, Autriche, 21’) de Anna Raimondo avec la participation de l'artiste Younes Baba Ali.
    Les mass-médias confortent le stéréotype, l'attendu, le déjà connu. "It’s all so dark !" est un espace radiophonique différent, une sorte de labyrinthe sonore, un guide pour se perdre, un non-guide, où la voix ne suit aucune logique et où les sons restent indéchiffrables. Il n'est pas possible d’écouter cette pièce en conduisant, ni en faisant la cuisine. Parce qu’elle exige deux conditions : le noir absolu et une paire d’oreilles très disponibles. Pour se perdre et peut-être se trouver.
    Anna Raimondo est née en 1981. C’est à Marseille qu’elle a ouvert ses oreilles et découvert sa vocation pour la radio, en travaillant sur l’émission " Jusqu’ici tout va bien " produite par Radio Grenouille et diffusée par différentes stations. Elle explore de nouveaux modes d’interaction dans le cadre de performance mêlant espace public et radio, où les auditeurs peuvent être les performeurs.


    palmarès 2009
    ------------------------------------------------------------------------

    179 propositions ont été examinées

    44 Auteurs et collectifs étaient sélectionnés en vue d'un Prix

    Le Prix d’art sonore a été décerné à l'argentin Joaquin Cofreces
    pour sa pièce « The last Voice ».
    Cette oeuvre de 7 minutes compose une ronde autour de la disparition d’une langue d’Amérique latine dont on entend la dernière locutrice. Les sons sont très beaux, c’est onirique, ça parle une langue inconnue, qui s'éteint. Elle a rassemblé sur elle une grosse partie du jury de douze personnes (1).
    Une mention a été attribuée à une pièce plus longue - 50 minutes - « Arcoparlante » de l’italien (vivant à Berlin) Alessandro Bosetti pour l’expérimentation à laquelle il se livre sur le medium radio. Il est en effet parti de fragments sonores et d’interférences magnétiques prélevées sur les ondes courtes, qu’il a diffusées sur l’antenne de Deutschlandradio Kultur demandant aux auditeurs de les transcrire en mots, pour engendrerune suite de petites traductions, déformations, qu’il a ensuite assemblées, mises en boucle pour composer un tableau verbal polyglotte très convainquant.


    Libération met en avant 4 autres témoins de l’art sonore et radiophonique d’aujourd’hui sur LIBE-LABO

    - “Léandre” de Daniel Martin-Borret, une fiction minimaliste à une voix
    - “Measure of control” de Hanna Hartman (Allemagne). Des silences qui n’en sont pas
    - “Mosquito” de Olivier Toulemonde (Belgique, ACSR. Un documentaire en forme d’enquête sonore
    - “Gdansk Shipyard” de Malgorzata Zerwe et Jaroslaw Zorn (Radio Gdansk, Pologne). Evocation industrielle des chantiers navals de Gdansk

    Les lauréats des Bourses GRM de l’INA, et GMVL (destinées aux auteurs de projets d’art sonore ou nouveaux médias) sont Marc Chalosse et Stéphane Borrel.

     

    palmarès 2008
    ------------------------------------------------------------------------


    AND THE WINNERS ARE... !
    Andreas BICK (Allemagne), premier Prix d'art sonore et radiophonique pour Fire Pattern - Frost Pattern. Produit par Deutschlandradio Kultur. Première diffusion 3 Nov. 2006 (frost pattern) et 8 Nov. 2007 (fire pattern). (2 x 26 min.)

    L'œuvre d'Andreas Bick se distingue par la qualité remarquable de sa prise de son. S'approchant au plus près des phénomènes qu'il veut évoquer (la sublimation de l'eau, l'embrasement, le gel, les craquements de la glace polaire), il en tire une matière sonore puissante. Ce dyptique place l'auditeur en position d'observateur patient et subjugué par les forces naturelles.

    Bernadette JOHNSON (Suisse), second Prix d'art sonore et radiophonique avec Summer Fragments (5 min.) (dotation : 1 500 euros, attribués par la SACEM)
    Bernadette Johnson a été nominée et distinguée à plusieurs reprises par le Concours Phonurgia Nova mais c'est la première fois qu'elle accède à un grand prix. Son travail se caractérise par une recherche -et une expression très réussie- de l'intériorité. Le raffinement et l'audace du montage, le choix des sons et leur traitement permettent à l'auteur d'élaborer une forme-écho, une magnifique métaphore de la mémoire, de l'agencement instables des souvenirs.

    2 mentions spéciales à l'unanimité du jury :

    Christoph KORN et Lasse-Marc RIEK (Allemagne) pour
    Series invisibles, un album de silences. Proposition conceptuelle que ce petit livre qui pointe, page après page, vers un lieu, un événement, laissant au lecteur le soin de réfléchir et d'imaginer les sons "qui ont eu lieu". Le silence comme lieu de l'apparition, ou horizon d'une disparition.


    Laura MALACART, pour son film, Voicing.
    En donnant à lire le témoignage d'immigrés sur leur phase d'apprentissage de la langue à des acteurs parfaitement anglophones, Voicing réussit à créer un éventail d'interprétations dans un petit espace de temps et avec un dispositif très simple. Cette incarnation d'où le stigmate (l'imparfaite maîtrise de la langue) est gommé est une invitation à la tolérance et à la bienveillance.


    Les Bourses PHONURGIA/GRM de l'INA, IMEB et GMVL sont attribuées à

    Erik BULLOT (GRM de l'INA)

    Alessandro BOSETTI (IMEB)

    Nicole MARMET (GMVL)

    Ces trois auteurs seront accueillis pour mener à bien les projets pour lesquels ils ont été sélectionnés.

     

    palmarès 2007
    -------------------------------------------------------------------------


    On note de nouveau en 2007 une prédominance des artistes allemands et singulièrement "Berlinois". Cette sur-représentation est une expression tangible de l'activité de cette Ville qui dès les années 80 figurait déjà comme un important foyer pour l’art sonore, avec son réseau de galeries, festivals, lieux alternatifs et radios publiques, sans doute sans égal dans le monde.
    Pour autant, aucune oeuvre ne s’est véritablement détachée et imposée au niveau d'un premier prix international. Manquait la proposition radicale qui rejoindrait les palmarès des précédents concours. Abondait la musique, dominait la linéarité. Manquait à la parole un traitement inventif. L’éloquence purement sonore n'était pas non plus au rendez-vous. Néanmoins, deux auteurs, Bernadette Johnson et Jean-Philippe Scellier, sont remarqués. Ils se partagent la dotation le prix de la SACEM.
    Pour le Prix "Nouveaux Médias" , trois auteurs se détachent
    nettement : Pierre Belouin (France) dont le travail place en miroir des musiques non conventionnelles et des photographies ; le Groupe Co.Act (Suisse) inventeur d’une installation qui en appelle aux efforts physiques fournis par l’auditeur pour réguler son écoute ; enfin le collectif Post Audio Installation (Canada) pour son installation documentant non sans humour le thème de l’addiction au disque, sur divers supports, DVD, CD, site web collaboratif.

    Les Lauréats :
    Bernadette JOHNSON (Suisse), 3 poèmes acoustiques (2007)
    La chambre du malade, Le Bonheur, Tours et détours

    ex-aequo pour
    La chambre du malade - 8’54
    " Ce poème acoustique est une réflexion sur la caducité, la fragilité du corps et les petits signes qu’il envoie. "
    La pièce veut évoquer une musique intérieure du corps, elle travaille _ partir d’un thème emprunté à Schumann (Variations en mi bémol majeur), dernière oeuvre du compositeur gravement malade, écrite pour sa femme Clara.
    1ere diffusion au Donaueschingen Festival 2007
    Voix : David et Carla Johnson

    " En matière d’écriture, déclare Bernadette Johnson, je cherche avant tout des méthodes conduisant à la suppression du son. Je m’intéresse aux signes acoustiques en tant que déclencheurs d’autres images "

    Bernadette Johnson est née à St Gall en Suisse en 1955. Elle a reçu une formation technique en son au studio de musique électronique du Conservatoire de Bâle et à la radio Suisse DRS. Artiste indépendante, elle est l'auteur de documentaires sonores, mais aussi de "Hörspiel" et d'installations sonores. Son Sailing with Schubert a été distingué en 2006 par une " mention du jury ".


    ex-aequo avec

    Jean-Philippe SCELLIER (France),
    Sur le Chemin

    " Ce hörspiel en 23 moments narratifs indépendants suggère la naissance, la vie, la mort d’un couple. Ils ont été enregistrés sans ordre, par des comédiens qui ne savaient pas comment leur travail serait utilisé. Mixées comme des parties instrumentales solistes, les voix peuvent être isolées ou former une polyphonie. Sur le chemin est aussi un voyage musical, dans le temps et l’espace. " JPS.
    Co-auteurs : Marie-Dominique Thomasin, Richard Maygnan

     

    Les Résidences :
    Trois autres auteurs sont récompensés par une résidence de création dans les studios partenaires : l’INA-GRM (Paris), le GMVL (Lyon) et l’IMEB (Bourges).

    Antje VOWINCKEL (Berlin) pour
    Rochenununterbrochen
    Produite en 2007 par le Studio Akustische Kunst de la WDR, cette pièce sonore est basée sur l’enregistrement de 22 personnes qui se sont autoenregistrées, seules, à la maison, pendant exactement 60 minutes, et ce, sans interruption. " Toutes les formes verbales et chantées étaient autorisées, explique l'auteur, à l’exception du silence. Après avoir expliqué le fonctionnement des appareils, je laissais les personnes seules. Je voulais montrer la parole dans ses automatismes et mécanismes, à travers un flot ininterrompu de propos. Naturellement beaucoup de répétitions résultent de cette situation, mais au delà des différences entre les " locuteurs ", ces répétions révèlent une esthétique mécaniste commune de la parole… "

    Antje VOWINCKEL est audio artiste et vit à Berlin.

    Gilles AUBRY (Berlin) – 45’12
    Berlin Backyards est une pièce basée sur une série d’enregistrements pris "sur le motif " (fields recordings) réalisés durant l’hiver 2006 dans diverses cours intérieures berlinoises. "Dans le tissu urbain de la nouvelle capitale, ces cours sont intéressantes par le fait qu’elles créent des espaces transitoires entre des territoires publics et privés, tout autant
    "maisons sans toit" que "rues fermées". Lieu d’expression de différentes relations de voisinage dont la nature comporte souvent une dimension de surveillance réciproque au nom de la sécurité de la communauté (…) Acoustiquement, ces cours fonctionnent comme des caisses de résonances pour tous les sons présents (…) La pièce privilégie l’usage de techniques compositionnelles qui préservent la qualité et la définition des enregistrements, telles que le bouclage aléatoire (loops) et le travail par couches superposées – la prise de son constituant l’étape décisive de la composition.. "
    Cette pièce a été présentée pour la première fois lors du Festival Kleine Field Recording à Berlin le 4 février 2007. Des extraits ont été radiodiffusés sur resonancefm (Londres). Une édition discographique est prévue.

    Vivant à Berlin, né en 1973 en Suisse, Gilles AUBRY utilise l’enregistrement, l’improvisation et les techniques génératives pour créer des environnements sonores à la limite de la sculpture et de l’abstraction musicale. Certaines de ses pièces ont déjàété éditées par les labels Creatives Sources, Cronica Electronica, Schraum, Sound Implant et radiodiffusés par la Radio Suisse Romande, resonancefm (Londres), Radio Zero (Lisbonne), Giant Ear (New-York) et Radio Inkorrekt (Berlin).

    Léonore MERCIER (Bourges)
    SO – 6’28
    " En quatrième année des Beaux-Arts, dans le cadre des échanges Erasmus, fille au paire à Berlin Ouest, étudiante à Berlin Est, enregistreur en poche durant cinq mois, voici "SO" : la vie en prise directe de Berlin ! Une enfilade de portes ouvertes qui sont autant de sources d’où surgissent des ambiances distinctes, des choeurs bigarrés d’accents variés unis dans le flot sonore, comme les pans d’une orchestration universelle. " SO a déjà été diffusée/exposée au festival " City Sonic " à Monges en Belgique en 2007 conjointement avec A comme animal… Léonore Mercier aime à questionner la relation sonore/visuel.


    palmarès 2006
    -------------------------------------------------------------------------


    Le jury, présidé cette année par le compositeur Francis Dhomont, a désigné les lauréats suivants :

    Prix Arts de la radio (doté de 1500 euros par la SACEM)

    Hanna Hartman (Suède) pour Longitude 013°26'E une commande de SverigesRadio, RadioTeatern 2004. Durée 17'52.

    Les forces naturelles occupent une place de choix dans l’univers sonore d’Hanna Hartman. Sa précédente commande de la radio nationale suédoise et de DeutschlandRadioBerlin, Cratère, avait été forgée à la gueule de l’Etna. Celle-ci est battue par les vagues.
    La longitude 013° 26' E fend la Mer Baltique à la verticale de Berlin. C’est là, à bord de voiliers, que l’artiste a recueilli la matière de cette pièce.
    Sur ces sons naturels, choisis pour leur musicalité, leur aptitude à se laisser composer, Hanna Hartman se livre à un riche travail d’hybridation qui révèle l’univers marin jusque dans une dimension onirique (le bruit d’une toile qui se déchire / la menace pesant sur le navigateur), qui emmène l’auditeur bien au-delà du reportage sonore.

    Hanna Hartman est née à Uppsala en 1961. Elle vit à Berlin depuis l’an 2000. Elle a fait ses études à l’Ecole Nationale d’Art dramatique Dramatiska Institutet de 1989 à 1991. En 1992 elle a étudié au studio EMS (site pionnier de la musique électronique à Stockholm). Depuis 1991 elle est artiste indépendante et reçoit des commandes des radios publiques Suédoise, Danoise et Allemandes. En 1998 elle a reçu le Prix Europa et en 2000 le Prix Karl-Sczuka.
    Son site www.hannahartman.de

    ex-aequo avec

    Karl-Heinz Mauermann & Frank Niehusmann (Allemagne) pour MASCHINEN-EIN HÖRSPIEL une production de Deutschlanradio Kultur de 52' - 2004.

    Maschinen - ein Hörspiel est une pièce sur les rapports de domination des hommes sur les machines et des machines sur les hommes. Dans une sorte de symphonie rétro-futuriste, 162 fracas et rythmes mécaniques, hydrauliques, pneumatiques, électriques de machines industrielles du 20ème siècle collectés dans des archives ou enregistrés par les auteurs dans des usines réelles font écho à 90 citations et textes et nous replongent dans l'ère où les machines étaient supposées oeuvrer à notre bonheur. Frank Niehusmann a d'abord travaillé comme auteur de radio et de télévision avant de se faire connaître comme compositeur de musique électronique et artiste performeur, auteur de vidéos expérimentales et de productions pour la radio.
    Karl-Heinz Mauermann est un artiste conceptuel qui travaille à la frontière de la musique et de la littérature. Son travail prend la forme de collages,
    de graphismes réalisés par ordinateur, d'installations sonores et de vidéos. Sites des artistes : www.semantic-error.de et www.niehusmann.org


    une Mention spéciale est accordée à

    Bernadette Johnson (Suisse) pour Saling with Schubert et Some Funny Stuff (deux poèmes acoustiques de 4'20 et 4'28") - 2006
    Née à St Gall en 1955 Bernadette Johnson a reçu une formation audio technique au studio de musique électronique du Conservatoire de Bâle et à la radio Suisse DRS. Elle vit à Bâle comme artiste indépendante. Elle est l'auteur de documentaires sonores, mais aussi de Hörspiels et d'installations. Par cette mention, le jury a voulu saluer la subtilité d'une écriture sonore et d'un art de la "miniature acoustique" qui n'est pas sans rappeler l'évidence du haiku japonais.

    une Résidence est attribuée à

    Jean-Michel Deliers pour Heu...

    Le jury a retenu le projet de hörspiel de Jean-Michel Deliers. Son point de départ est le fameux triptyque de Jérôme Bosch "le jardin des plaisirs" qui met en scène des instruments de musique de la Renaissance, dont il est un spécialiste.
    Le choix lui est laissé de réaliser ce projet dans l'un des 3 studios : GRM de l'INA, IMEB ou GMVL.

    Prix Nouveaux Médias

    Le comité de selection a remarqué les artistes suivants.

    Cédric Hoareau (Suisse)
    Cathy Van Eck (Pays Bas)
    Luz Maria Sanchez (Mexique)

    palmarès 2005
    -------------------------------------------------------------------------
    une sélection internationale


    Le concours a couvert la création radiophonique et sonore internationale en attirant des artistes venant de la radio, mais aussi des arts plastiques, de la musique, du cinéma et du théâtre. Au total, 193 candidats venus de 11 pays étaient en compétition : France, Canada, Italie, USA, Grande Bretagne, Allemagne, Croatie, Espagne, Irelande, Pays-Bas, Belgique et Suisse. Ont été remarquées des productions provenant des radios publiques (DeutschlandRadio, France Culture, WDR, SWR, RAI, RNE, CBC, Radio Belgrade, GRM de l'INA, Arte-radio) ou associatives (Radio Panik Bruxelles, Radio Grenouille, Silence-radio), mais aussi des écoles d'art et de cinéma. Parmi les écoles présentes : les Arts déco de Strasbourg, l'ENSCI, l'ENSBA, l'Ecole Louis Lumière, l'Ecole de journalisme de Lille, l'ENSP d'Arles, les Ecoles d'art d'Aix, Nice et Valencienne, l'INSAS à Bruxelles et le Fresnoy.


    Le jury a attribué des résidences et des Prix

    1. Les résidences

    Pierre Couprie est admis au GRM de l'INA (www.ina.fr) en 2006 pour un projet autour des archives de Radio Libertaire.
    Béatrice Brociner et Christophe Modica seront reçus au GMVL Groupe de Musique Vivante de Lyon (www.gmvl.free.fr) pour réaliser leur projet Tentative pour flux-reflux d'après le poème de Stéphane Mallarmé "Un coup de dès jamais n'abolira le hasard"
    Claire Moutarde sera accueillie à l'Institut des Musiques Expérimentales de Bourges (IMEB), pour y poursuivre son projet " Comment en suis-je arrivée là ? "

    2. Les prix

    SECTION NOUVEAUX MEDIAS

    Le Prix Phonurgia Nova 2005 Nouveaux médias est décerné au collectif LIGNA (allemagne) pour " Radio Ballet " une chorégraphie radiophonique conçue pour des gares par Ole Frahm, Michael Hüners et Torsten Michaelsen.
    Les artistes de LIGNA exploitent les ressources créatives et interactives de la radio. Leurs actions les plus inventives et spectaculaires ont eu pour théâtre les gares centrales de Hambourg et de Leipzig. Déplorant l'aseptisation sécuritaire de ces magnifiques lieux publics, LIGNA a invité 500 personnes à exécuter dans ces gares une chorégraphie où se mêlaient tous les gestes interdits par les règles de la conformité nouvelle (mendier, s'assoir par terre, etc.). La chorégraphie était transmise aux participants par de petits récepteurs radio. L'événement était lui même capté en vidéo, retransmis et commenté en direct.

    SECTION ART RADIOPHONIQUE
    Le Prix Phonurgia Nova 2005/ SACEM art s de la radio est décerné à
    Marcus Gammel et Viktoria Tkaczyk (Allemagne) pour Europas Wahn (l'Europe folle), 16'

    Hors concours :
    Le jury a tenu à distinguer le compositeur Alvin Curran (USA) pour
    "J'ai rêvé de John Cage faisant du Yodle dans la gare de Zürich", 56', SWR